Le bullet journal pour initier les changements en cuisine

Tout le monde parle du bullet journal ou bujo. Un article de Stéphanie Leschiera de Créeretc. paru en octobre m’a convaincu de l’essayer comme outil d’organisation.

En effet, ces dernières années, je me suis fabriqué des agendas et différents cahiers de travail. Ce qui me plaisait dans le bullet journal, c’était de pouvoir tout renseigner dans un même support, sans laisser d’espace vide au cas où – pour finalement ne rien inscrire.

Et de tout retrouver rapidement grâce à la table des matières que l’on construit au fur et à mesure.

bullet-journal-creer-etc

Ce mois-ci, Stéphanie nous offre un article reprenant l’histoire du bullet journal mais surtout les clés de réussite de sa mise en oeuvre.

Je me suis mise au bullet journal depuis octobre de l’année dernière. Je me suis concentrée sur sa fonction organisation.

Depuis, je l’utilise aussi pour me fixer des objectifs et les mesurer.

img_8610

Pour mon bullet journal, j’utilise un petit cahier de 140 pages, avec une couverture en plastique pour le protéger.

J’ai habillé la page de garde d’une réalisation  de mixed media que j’ai faite il y a quelque temps.

Et pour les stylos, j’utilise des stylos de couleur qui s’effacent et un stylo Pilot .

Avancer dans le domaine du mieux vivre avec la nature n’est pas quelque chose d’inné pour moi. Me fixer des objectifs et y penser tous les jours, ou presque, me permet d’amorcer vraiment un changement.

Un exemple simple : cuisiner. Eh oui, cuisiner des légumes de saison, cuisiner pour manger plus équilibré, cuisiner pour essayer de manger des repas vegan plus fréquemment, cuisiner pour savoir quoi acheter et ne pas acheter des choses qu’on finira pas jeter …

Eh oui, je suis loin du compte. Vu la hauteur des objectifs, je ne me suis pas mise la pression. J’ai commencé par mesurer ce que je fais réellement.

Donc je me suis mis deux trackers : la cuisine et le repas vegan.

Je me suis aussi fait une liste dans mon  bullet journal pour écrire tous les menus du mois de janvier. Je me suis rendue compte que nous mangions vraiment des repas très différents …mais les enfants étaient en vacances donc je rentrais plus tôt à la maison et mon mari, qui est le cuisinier de la maison, était aussi moins sous pression.

A partir de cette liste, j’espère pouvoir prévoir plus facilement des menus quand j’aurais la tête dans le guidon à partir de …lundi , jour de la rentrée des classes chez nous !

Depuis deux semaines, je commence à agrémenter mon bullet journal de petits dessins ou d’autocollants (les autocollants que j’utilise pour mes trackers ont été récupérés de calendriers familiaux qu’on vous vend chaque année et que je n’ai jamais réussi à utiliser…)

En effet, il n’y a que des marges de progrès LOL.

Bien évidemment, dans mon cas, un bullet journal ne suffirait pas pour me transformer en cuisinière. Au delà de la liste des menus, je récupère les informations sur la page facebook de l’IREN pour connaître les fruits et légumes de saison.

 

J’ai aussi trouvé un livre de recettes de la Réunion qui présente des recettes simples de tous les jours, pour les vrais débutants comme moi. Eh ben, mon mari et moi avons déjà réalisé les croquettes de poulet, l’omelettes aux crevettes et le chou saucisses depuis un mois que j’ai acheté le livre. J’ai des livres de recettes dont je n’ai essayé aucun recette !!!


Et vous, comment vous organisez-vous pour cuisiner sain et bon toute l’année pour toute la famille?

 

Des bocaux de chocolat à offrir

En 2015, nous avions fabriqué des boîtes de chocolat à offrir , à partir de boîtes récupérées qui représentaient la hôte garnie du Père Noël debout sur des skis.

En 2016, nous avons fabriqué des bocaux de chocolat : bocaux récupérés eux aussi, décorés avec des stickers et des masking tape. A l’intérieur du couvercle, nous avons collé une décoration en bois.

Le bocal pouvait donc ensuite être conservé en décoration.

Une amie,quant à elle, a décroché la décoration en bois , qui est allée rejoindre les autres décorations dans le sapin de la maison.

Je me dis que c’est une idée que je pourrais peut-être reprendre pour offrir des chocolats à Pâques.