« Jarrête de surconsommer » de Marie Lefèvre et Herveline Verbeken

Je viens d’acquérir ce livre, qui se présente comme un parcours dans lequel nous sommes appelés à nous questionner puis à nous mettre en action, avec un système de points de récompense.

J'arrête de surconsommer

J’ai commencé à le mettre en pratique. Et j’en suis au jour 5 « J’assume ma part de colibri ».

Avec ce livre et la mise en place de mon bujo, j’ai la sensation de reprendre ma vie en main et ça me fait un bien fou !

Y-a-t-il parmi vous des personnes qui suivent ou ont suivi ce « programme » ? ou d’autres programmes similaires ?

Merci de partager avec nous.

 

Des légumes toute l’année, oui mais?

A la Réunion, on trouve les mêmes légumes toute l’année.

Pourtant il y a des mois dans l’année, où on observe un pic de production. C’est là qu’il y en a le plus : peut être préfèrent-ils ces mois-là ?

En tout cas, notre porte-monnaie peut préférer de les acheter à ces  moments-là, car moins chers parce que plus nombreux.

En tout cas, c’est une information que je découvre grâce à un document qu’une amie m’a transmise, qui a été élaboré à partir d’informations fournies par la Chambre d’Agriculture de la Réunion.

Je partage donc avec vous ma roue des légumes de la Réunion, que j’ai affiché sur notre réfrigérateur.

saison-des-legumes-974

Et je vous dis à bientôt pour la roue des fruits.

Consommons de saison : les letchis

La saison de Noël est synonyme pour nous de la saison du flamboyant et des letchis.

La nature se pare de rouge pour cacher le Père noël aux yeux des enfants.

Le letchis est un fruit de saison . On ne le trouve pas en dehors de novembre à janvier. Et il est juste comme il faut en décembre.

Le letchis est un fruit du jardin,  à partager de mille façons :

  • en dégustation, avec la famille et les amis, car on ne peut pas manger les letchis de son jardin seul sans faire une indigestion
  • pour perpétuer les traditions : « sens le letchis comme il sent bon »
  • pour s’amuser à fabriquer des toupies

  • pour se faire des surprises en attendant Noël : « Philippine ». Rien de tel pour travailler l’écoute et la mémoire des enfants !

Du café, oui, mais dans un mug en fibre de bambou

Je me suis fait un petit plaisir récemment : je me suis acheté un mug en fibre de bambou, donc biodégradable, qui supporte le chaud.

img_7987

 

Je l’ai trouvé chez Biomonde à Saint Gilles. J’avais vu l’encart publicitaire dans un magazine et avais été séduite par le principe et le design. Ils ont une grande variété de motifs qui devrait séduire le plus grand nombre.

J’en suis très contente, même si je ne l’ai pas encore utilisé comme mug à café car je bois le café brûlant. Mais je l’utilise pour boire de l’eau au bureau. Et il est définitivement plus beau (comme diraient nos amis mauriciens) qu’une bouteille en plastique !

En cliquant sur l’image, vous en serez plus sur cette marque ecoffee cup.

 

Des sets de table en tissu pour utiliser moins de papier

Dans la structure où je travaille, comme dans la plupart des structures, nous utilisons des rouleaux de papier à la cafétéria. A chaque pause café et au déjeuner, nous utilisons plus d’une feuille de papier. Il nous arrive souvent d’en être à court !

En début d’année, j’ai décidé de restreindre ma consommation de papier à la cafétéria en apportant un set de table en tissu et des serviettes en tissu.

img_6064

Ma mère m’a aidé à réaliser ce set car je ne suis pas une grande couturière. Mais c’est moi qui ait défini le modèle, avec les passes pour les couverts, et qui ai brodé les letchis au point de croix. Le set de table s’enroule autour des couverts et se noue avec un ruban, qui lui est attaché.

Nous en avons réalisé un second avec un ananas toujours brodé au point de croix.

Ce week-end, j’ai conçu un autre modèle que je vous montrerai dans quelques semaines…

 

 

 

Consommons des produits de soin du corps et de la maison responsables

Le site Consommons sainement propose dans sa newsletter une liste de 25 produits du commerce à remplacer par des produits simples et sains. Et vous, quels produits du commerce avez-vous remplacé par des préparations maison ou plus respectueux de vous et de la planète ?

consommons-sainement

Je ne suis pas très produits de beauté et de maquillage. J’ai donc pour ma part remplacé le gel douche par un savon solide et je choisis aussi un schampoing et un après shampoing liquides réalisés à partir d’ingrédients bio.

Cela fait quelques mois que j’ai également commencé à utiliser la cup. Force est de constater qu’utiliser cet objet n’est pas encore une totale réussite. Aussi, je complète avec des serviettes hygiéniques.

Pour la maison, nous utilisions déjà une lessive hypoallergénique. J’utilise aussi depuis quelques semaines du liquide vaisselle bio en vrac (chez Wake Up, voir dans la rubrique Découvrons).

 

Du bon café comme j’aime

Mes parents habitent à côté de chez ma mamie. Il se trouve que, quand nous étions enfants, par moment, mes sœurs, mon frère et moi « déménagions » chez ma mamie. Mes parents venaient y prendre le café le matin entre 5h45 et 6h00. Le café était une façon de dire bonjour et de commencer la journée.

Je me souviens de me réveiller le matin en entendant les voix de mes parents dans la cuisine. Je me levais, je m’installais avec eux à table. Maman préparait le café.

Le café était fait à « l’ancienne » et il est toujours fait ainsi chez mes parents : il est acheté en grains, il est grillé et il est coulé dans la grègue italienne.

cafe-52-graines-de-bonheur

Atelier « 52 graines de bonheur » avec Stéphanie Leschiera

Je bois du café depuis que je suis toute jeune : j’ai commencé à boire le fond de la tasse de ma mère ou de ma mamie. Puis j’ai fini par avoir droit à ma propre tasse.

Le café fait partie de ma vie (ce n’est qu’enceinte, que je n’en avais plus envie).

Aujourd’hui, la société de consommation nous propose des produits vite préparés et tellement savoureux (si l’on en croit la publicité).

Toutes les familles ont des phrases cultes. Chez nous, une des phrases cultes, c’est de dire en regardant une publicité à la télé : « J’suis dans la cible » ou « j’suis pas dans la cible ».

Pour le café, je ne suis plus dans la cible des publicités. Je me suis fait offerte une machine qui moud le café et j’achète aujourd’hui du café en grains, bio quand c’est possible et en vrac (encore mieux) chez Wake Up (voir Découvrons).

C’est super, me direz-vous, mais comment tu fais quand tu es au travail ?

support-cafe-permanent

Eh bien, quand je suis au travail, je ramène le café bio moulu et le support permanent pour Senseo (puisqu’au bureau nous avons la Senseo comme beaucoup ailleurs sans doute).

Finies les dosettes jetées à la poubelle.

Aujourd’hui, je dose aussi plus facilement la force de mon café selon le moment de la journée.

Il y a deux supports pour café différents selon le modèle de la Senseo. J’ai acheté le mien au dernier Salon de la Maison. Mais je sais que les Brûleries de la Fournaise (à Sainte Clotilde) en vend aussi.

Déplaçons-nous responsable

Cette semaine s’est tenue la Semaine européenne de la mobilité, du 16 au 22 septembre.

A la Réunion, tout le monde sera unanime pour dire que les transports sont plus qu’une problématique à gérer. C’est une calamité. Un nombre impressionnant de personnes passent des heures tous les jours dans les embouteillages sur nos belles routes.

baleine

Vous me direz qu’ on a le temps d’admirer la mer et de s’émerveiller, à l’occasion, du passage d’une baleine.

En réalité, les déplacements en voiture ne sont pas aussi idylliques. Aussi les cerveaux reptiliens prennent souvent le volant des voitures.

Quand nous avons dû changer de voiture, je me suis intéressée aux véhicules hybrides disponibles à la Réunion. J’ai essayé la Toyota Prius. J’ai fait une recherche sur internet pour savoir ce qu’on l’en disait. J’ai trouvé des avis mitigés. Mais je me suis dit que si je faisais le choix d’un véhicule à essence , je n’encouragerai pas les recherches d’autres alternatives. J’ai donc choisi d’acheter la voiture hybride.

toyota-prius

La voiture ne me plaisait pas réellement en termes de design. Mais la conduite avec une boite automatique était tellement souple et agréable que j’ai arrêté mon choix sur cette voiture.

Aujourd’hui, je ne le regrette pas. Avec ce véhicule, je fais vraiment des économies d’énergie car ma conduite est plus souple. Et mon cerveau reptilien est muselé !

Sur le chemin de la mobilité durable, le second pas serait de passer à un véhicule tout électrique ou fonctionnant avec une autre ressource renouvelable.

Passer à la location ne me paraît pas appropriée aujourd’hui dans ma situation car je me déplace tous les jours à plus de 5 kms de chez moi aller.

Le troisième pas serait de prendre un transport collectif.  Un projet de téléphérique est en préparation sur notre ville. Mais aujourd’hui, je suis confrontée à plusieurs freins :

  • d’abord, l’arrêt de bus le plus proche de chez moi n’est pas suffisamment près, ou il faudrait que je parte plus tôt de chez moi
  • je pars souvent chargée de chez moi. Il me faudrait une valise à roulettes pour transporter toutes mes affaires.
  • Je doute du niveau de sécurité des transports collectifs de nos jours. Je verrouille toujours les portes de ma voiture même si cela fait plusieurs années qu’on n’entend plus parler de carjacking.

Conclusion : j’ai encore du travail à faire pour avancer sur le chemin de la mobilité durable.

La bouteille de lait

L’épicerie alternative Wake Up (voir Découvrons) propose du lait de soja en bouteille ! De voir ces bouteilles de lait, je me suis retrouvée en enfance…

Je me souviens de mes réveils à l’aube, parfois même aux aurores.

Je me souviens quand je quittais la maison, à la lueur du jour ou dans la nuit d’un hiver qui paresse.

Je me souviens de l’air frais sur mes joues et dans mes cheveux quand je cheminais, seule, vers l’accomplissement de ma mission.

Je me souviens quand je dévalais le sentier, dans le champ de cannes, quand le vent réveillait les monstres qui y sommeillaient.

Je me souviens tendre ma bouteille vide à la dame qui, en retour, me remettait une bouteille pleine.

Je me souviens de cette bouteille pleine d’un lait, encore chaud, juste trait de la vache.

champ-de-canne

 

Je me souviens repartir gaiement, à nouveau à travers le champ de cannes, serrant fort ma bouteille de lait contre moi.

Je me souviens de ce lait qu’on réchauffait à nouveau sur la gazinière, avant de le boire, au petit-déjeuner, mes sœurs, mon frère et moi.

…………………………………………………………………………………………………………………..

Puis il y a eu les briques de lait qui ont remplacé les bouteilles.

Puis il y a eu le scandale de la vache folle.

Puis, je me suis mise à boire du lait de soja en brique.

img_7460

 

Et aujourd’hui, je retrouve au petit déjeuner ma bouteille de lait…de soja!

Merci Wake Up.